educo.busqueda
Nuestras aportaciones en Benin

Benin

Information sur le pays

Le Bénin est un État d’Afrique de l’Ouest limité à l’est par le Nigéria, à l’ouest par le Togo, au nord par le Burkina Faso et le Niger, et au sud par le golf de Guinée. La capitale officielle est Porto-Novo bien que le gouvernement se trouve à Cotonou, la ville la plus grande et la plus densément peuplée du pays.

Le climat est variable : au sud il est équatorial, chaud et humide, alors qu’au nord le climat est plutôt tropical, les pluies sont faibles et les températures plus élevés. L'activité agricole domine la vie économique, même si presque la moitié du territoire n’est pas exploité.

Informations

À propos du pays

  • Capitale : Porto-Novo
  • Population : 10 050 700 habitants
  • Indice de Développement Humain (IDH) : classé 166ème sur 187
  • Population sous le seuil de pauvreté (avec moins d’1,25 USD) : 47 %
  • Espérance de vie à la naissance : 59,2 ans
  • Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans : 90 pour 1 000 nouveau-nés vivants
  • Taux de permanence scolaire jusqu’au dernier cycle de primaire : 55,8 %
  • Taux d’alphabétisme des adultes : 28,7 %
  • Femmes alphabétisées pour 100 hommes : 45,4
Source : Rapport PNUD 2014/ Unicef

Educo dans le pays

  • Année de début des activités : 2011
  • Type d’intervention : partenaire local
  • Budget total annuel : 1 048 050 € (2015)
  • Bureau au Bénin : 10 B.P. 70 Cotonou

Problématique

Le Bénin est un pays d’origine, de passage et de destination des enfants victimes de la traite. Il y aurait actuellement au Bénin plus de 40 000 enfants victimes de la traite, ce qui représente 2 % de la population ayant entre 6 et 17 ans. La majorité sont des filles provenant de familles n’ayant reçu aucune éducation fondamentale.

La traite met en évidence les véritables problèmes structurels du pays, tels que le manque de ressources financières dans les foyers, le manque de développement socioéconomique dans les régions, la pauvreté et l'abandon scolaire, auxquels il faut ajouter les facteurs traditionnels et culturels, qui accentuent encore plus ce problème.

Partenaire local :

  • Foyer Don Bosco
  • ReSPESD
  • Assovie
  • FEE-Dév

Interventions

Nous travaillons dans les départements de Borgou, au nord, et d’Atlantique et de Littoral, sur la côte atlantique, où nous menons à bien des projets qui bénéficient 217 élèves de 62 écoles, 119 jeunes et 630 adultes.

Filtrar por

Amélioration du rendement scolaire des enfants des zones rurales de la commune de Sinendé

Bénéficiaires
800 enfants de 7 à 10 ans et leur famille
Durée
Projet en cours

La zone géographique de l'intervention

Commune de Sinendé, dans le département de Borgou

Partenaire local

FEE-Développement

Description

Les enfants des zones rurales ont clairement moins de chances d'aller à l'école et d’accéder à une éducation de qualité, spécialement les filles, qui sont ainsi exposées aux mariages précoces et à la traite d’enfants. Dans la commune de Sinendé, les inscriptions au cycle primaire représentent 26,5 %, un chiffre inférieur à la moyenne nationale qui est de 71,34 %. Dans le cas des filles, ce pourcentage est encore plus faible et équivaut à 23,7 %. Les taux d'abandon scolaire et de redoublement sont aussi plus élevés chez les filles comparés à ceux des garçons.
 
Face à cette situation, le projet a pour but de favoriser l’éducation des filles des zones rurales de Sinendé pour leur permettre de terminer leur cycle d’enseignement primaire. Pour ce faire, elles reçoivent du matériel éducatif pour pouvoir étudier chez elles et conjointement avec les établissements scolaires nous effectuons un suivi de leurs résultats. L'intervention comporte aussi une partie de sensibilisation auprès des familles pour leur faire prendre conscience de l'importance de l'éducation des filles et pour les impliquer dans la scolarité de leurs enfants. Les parents sont aussi sensibilisés sur le besoin de lutter contre les mariages précoces, les grossesses non désirées, les mauvais traitements infligés aux enfants et la traite des enfants.

{$custom.custom.ActuacionEducacion$}

{$custom.custom.ActuacionEducacion$}

Anterior
Siguiente

Education et protection des enfants les plus défavorisés de Littoral, Ouémé et Plateau

Bénéficiaires
440 enfants de 8 à 17 ans ; 2 650 adultes (parents et enseignants)
Durée
Projet en cours

La zone géographique de l'intervention

Départements de Littoral, Ouémé et Plateau

Partenaire local

Foyer Don Bosco

Description

Au Bénin, plus de 660 000 enfants et adolescents de 5 à 17 ans (presque deux tiers sont des filles) travaillent dans des conditions misérables, et sont exposés à tout type d’abus. Dans les grandes villes du sud, un grand nombre d’entre eux, dont certains proviennent d’autres communautés et ont émigrés, ou bien sont orphelins ou rejetés par leurs familles, déambulent dans les marchés dans la perspective de gagner un peu d’argent. Ils ne vont pas à l'école ou ont dû l‘abandonner trop tôt. Sans aucun diplôme et analphabètes, ils ont peu de possibilités d'échapper au cercle vicieux de la pauvreté et ont peu de chance de pouvoir transformer leur avenir.

Le projet a pour but de protéger les droits de ces enfants et de ces jeunes, particulièrement leur droit à une éducation. Il s’adresse à 400 enfants non scolarisés des villes de Porto Novo et de Cotonou afin qu’ils aient accès au système éducatif et puissent achever leur enseignement primaire, ce qui leur permettra de se former, d’augmenter leurs possibilités de développement et d’accéder à un meilleur emploi.

La principale stratégie du projet consiste à offrir à ces enfants la possibilité d’étudier dans de petites écoles construites dans les propres marchés, avec des enseignants formés et du matériel didactique adapté. Ils suivent ainsi un programme d’études intensif adapté, appelé PCA (Programme de cours Accéléré), pour qu’ils puissent obtenir leur diplôme de primaire en trois ans au lieu des six années prévues dans le programme d’éducation formelle. Ils rattrapent ainsi le temps perdu et obtiennent un diplôme qui leur permette de poursuivre leurs études ou d'accéder à d'autres types d'emploi. Le projet inclut aussi un soutien psycho-social à ces enfants pour améliorer leur santé, leur hygiène personnelle et leur équilibre émotionnel.

Dans le cas des enfants désemparés qui vivent dans la rue, nous leur offrons un espace où dormir et se laver et dans lequel les éducateurs les écoutent et les orientent.

Le projet intervient aussi pour sensibiliser les familles, les employeurs et la société en générale sur les Droits de l’Enfant.

{$custom.custom.ActuacionEducacion$}

{$custom.custom.ActuacionEducacion$}

{$custom.custom.ActuacionEducacion$}

{$custom.custom.ActuacionEducacion$}

Anterior
Siguiente

Implication de la communauté pour une école de qualité à Bembéréké

Bénéficiaires
5 880 enfants ; 11 861 adultes
Durée
Projet en cours

La zone géographique de l'intervention

Municipalité de Bembéréké, département de Bourgou

Partenaire local

FEE-Développement

Description

Malgré les efforts du Gouvernement béninois pour améliorer le système éducatif, dans la réalité les lois et les normes approuvées dans ce domaine se confrontent à d’énormes difficultés pour son application effective. Les plans ne sont pas accompagnés de suffisamment de ressources économiques ou techniques et bien souvent les personnes chargées de leur application ne possèdent pas les connaissances nécessaires à cet effet. Dans le cas spécifique de l’enseignement primaire, la réforme conçue au niveau nationale était structurée autour de l’initiative EQF (“École de Qualité Fondamentale”), un plan d’action structuré autour d’une série de normes dont le but est de réduire considérablement les forts taux d’abandon et d’échec scolaire.  
Dans l’ensemble du pays, le taux d’abandon de primaire s’élève à 12 %, un pourcentage qui augmente dans les communautés rurales les plus défavorisés, et qui est particulièrement plus élevé dans le cas des filles. La pauvreté, les mariages précoces, le manque d’école et la faible implication des familles sont des facteurs qui expliquent ces abandons précoces. L’échec scolaire, quant à lui, est intimement lié à la mauvaise qualité de l’enseignement, au manque de formation des enseignants, à la persistance de mauvais traitements dans les classes ou aux mauvaises conditions sanitaires, qui empêchent beaucoup d’enfants d’assister normalement aux cours à cause des fréquentes maladies.
Le projet a pour but de mettre en place les normes EQF pour une école de qualité dans 20 établissement avec lesquels nous travaillons dans la municipalité de Bembéréké en visant l’implication effective des communautés, particulièrement celle des enfants, de leurs familles, des enseignants, des responsables des établissements et des leaders communautaires.
Nous travaillerons tout spécialement avec les conseils communautaires et les comités de gestion scolaire (des organes qui comptent sur des représentants de l’Administration et des communautés) pour renforcer leurs capacités techniques et les accompagner dans les processus d’amélioration.
Dans le cas des enfants, il s’agit tout d’abord de les former pour qu’ils connaissent leurs droits et sachent les défendre. On leur enseigne à s’organiser à travers des comités d’enfants où ils apprennent à débattre et à participer au fonctionnement de leur école en réalisant des propositions d’amélioration et en exprimant leurs besoins et leurs souhaits.
Le projet prévoit aussi des actions de sensibilisation avec tous les agents impliqués en matière de Droits de l’Enfant.

Anterior
Siguiente

Amélioration de l'environnement protecteur des enfants au Bénin

Bénéficiaires
Tous les enfants de 0 à 18 ans
Durée
Projet terminé

La zone géographique de l'intervention

Tous les départements du Bénin

Partenaire local

ReSPESD

Description

Le Bénin attend depuis des années l'approbation d'un cadre légal en matière de protection des enfants, une demande que les organismes sociaux du pays qui travaillent dans ce domaine réclament depuis longtemps pour pouvoir agir avec efficacité et progresser pour le plein exercice des droits de l’enfant. Les délégués du réseau ReSPESD, qui regroupe ces organismes, ont pris part aux commissions avec les responsables des ministères de la Famille et de la Justice pour avancer dans ce sujet, mais ils ont constaté qu'il est difficile d’avancer à cause de la bureaucratie et du manque d’engagement réel et de volonté politique.
 
Le projet vise à influer sur les responsables politiques du pays pour que le Bénin approuve les instruments légaux servant à renforcer le cadre juridique de protection des droits de l'enfant : le Code de l'Enfant dans la République du Bénin, la ratification de la Convention de La Haye, qui règlemente les droits de l'enfant et aborde la coopération internationale, et la loi sur la protection et la promotion des personnes porteuses de handicap.
 
Le plan d'action comprend la réalisation d'un diagnostic de la situation de l'enfant dans le pays avec les autres organismes de ReSPESD et l'analyse des projets de loi mentionnés, et par la suite la négociation directe avec les acteurs clé (responsables ministériels, députés et politiciens, entre autres) pour progresser en vue de leur approbation.
Les nouvelles lois doivent servir à établir un cadre réglementaire adéquat en matière de protection de l'enfant au Bénin.
 
Ce projet vient compléter le travail mené à bien jusqu’à maintenant pour aider à renforcer les structures organisatrices et les capacités techniques des organismes de protection des enfants qui interviennent dans le pays.

Photos

Benin

Benin

Benin

Benin

Benin

Benin

Vidéos

Anterior
Siguiente

Noticias

Noticias

Noticias

Todas las noticias

subir